Capitales des États américains avec un nom français

Une collaboration entre le Collectif Francomania (www.francomani.info) sous la direction de Gérard CHARPENTIER et Marc JUNEAU de l’Alliance Française de la Région du Lac Champlain (AFLCR)

A flyover of the capital cities of Alaska, Idaho, Iowa, Louisiana, Minnesota, South Dakota, and Vermont

Un survol des capitales des états américains qui portent un nom français

2020-L’OIF A 50 ANS!

COMMUNIQUÉ DE PRESSE >

Report du XVIIIe Sommet de la Francophonie

20 MAI 2020 Mise à jour 20.05.2020 à 13:28 par TV5MONDE

Le XVIIIe sommet de la Francophonie devait se tenir en décembre 2020 à Tunis pour célébrer le cinquantième anniversaire de l’Organisation Internationale de la Francophonie (OIF). Mais face à la crise sanitaire provoquée par la pandémie de coronavirus, l’OIF et la Tunisie ont décidé de reporter ultérieurement le sommet

En raison de la crise sanitaire qui touche aujourd’hui le monde entier et des nombreuses incertitudes qui en découlent, Monsieur Kais Saied, Président de la République de Tunisie et Madame Louise Mushikiwabo, Secrétaire générale de la Francophonie, sont  convenus aujourd’hui, du report du XVIIIe Sommet de la Francophonie, qui devait avoir lieu les 12 et 13 décembre 2020 à Tunis.

« LES RACINES FRANÇAISES DE L’AMÉRIQUE »Lancement du dernier livre de Gérard CHARPENTIER en ce 20 mars 2020, journée mondiale de la francophonie.

Gérard CHARPENTIER, docteur en sociologie, diplômé en psychosociologie et en ethnopsychologie est psychanalyste spécialisé dans les processus d’intégration interculturelle. Il mène depuis plusieurs décennies des recherches sur le concept culture et identité avec comme espace de référence les peuples francophones dans le monde contemporain et tout particulièrement en Amérique du Nord (où il réside) suivant 3 périodes dans lesquelles l’Amérique française prend ses racines :

*1500 à 1763 : Période de la Nouvelle-France (Acadie, Canada, Plaisance, Louisiane), de la France Équinoxiale (Guyane), de la France Antarctique (Brésil), des Antilles (Haïti, Martinique, Guadeloupe et autres iles).

*1763 à 1963 : Période des pionniers et des héros franco-américains avec en particulier la diaspora des « Canadiens Français » en Amérique du nord et la participation du Marquis de La Fayette et de la France lors de l’insurrection des 13 colonies anglaises d’Amérique.

*1963 à aujourd’hui : Période de la modernité (OIF, associations culturelles diverses comme les Alliances françaises, émergence du Québec, de la Louisiane, des communautés francophones aux États-Unis et du Canada, etc.)

Il est auteur de nombreux ouvrages en psychologie et en sociologie, en particulier : *Les nouvelles règles de la méthode analytique en sociologie géopolitique (1982). *Les peuples francophones dans le monde contemporain – Introduction à la « Francologie » (1985). *S’intégrer sans se désintégrer (2008) – Petit guide pratique pour les migrants. http://www.gerardcharpentier.com GC@gerardcharpentier.com http://www.francomania.info. Tél :514-942-6264, 1-866-872-3880

MARS 2020 – LA FRANCOPHONIE EN HÉRITAGE par Gérard CHARPENTIER

LA FRANCOPHONIE EN HÉRITAGE

L’histoire moderne retiendra qu’à parti du 16e siècle les peuples de l’Europe de l’Ouest en particulier les Espagnols, les Portugais, les Français et les Anglais vont explorer la planète et la coloniser. Prenant possession de nouveaux territoires, imposant leurs lois et leurs cultures comme modèles et créant de nouveaux empires à l’image de ceux que leurs ancêtres et prédécesseurs avaient développés dans les siècles précédents. (Empire romain de 27 av. J.C. a 1453, Empire chinois de 221 av. J.C à 1912, Califats Islamiques de 632 à 1258, Empire Ottoman de 1299 à 1923…)

crédit : Organisation Internationale de la la Francophonie

LES EMPIRES COLONIAUX FRANÇAIS DU 16e AU 19e SIÈCLE

La France connaîtra deux grandes périodes coloniales :

*Le premier espace colonial, constitué à partir du XVIe siècle prendra fin lors de la conclusion de la guerre de Sept Ans et la signature du traité de Paris en 1763. Cela se solde pour la France par la perte d’une grande partie de ses territoires coloniaux avec Nouvelle–France et ses comptoirs des Indes au profit de la Grande-Bretagne. La France conservant principalement l’archipel de Saint-Pierre-et-Miquelon et ses droits de pêche dans le golfe du Saint Laurent et dans les Antilles la Martinique, la Guadeloupe, et sa partie de Saint-Domingue (qui deviendra indépendante en 1803 sous le nom Haïti) trois iles qui à l’époque étaient parmi les producteurs de sucre les plus importants au monde.

*Le second espace colonial, constitué à partir des années 1830, va se composer principalement de régions situées en Afrique développées à partir des anciens comptoirs, mais aussi en Asie avec l’Indochine) ainsi qu’en Océanie avec la Polynésie française, la Nouvelle-Calédonie, et les  Nouvelles-Hébrides, territoires aux quels venaient s’ajouter quelques autres possessions restant de la première période coloniale de la France. Ce second empire colonial présent sur tous les continents fut au cours de la seconde moitié du XIXe et au XXe siècle le deuxième plus vaste du monde, derrière l’empire colonial britannique très présent en Amérique du Nord ce qui ne fut plus jamais le cas pour la France après le traité de Paris de 1763, la vente de la Louisiane aux États-Unis d’Amérique par Bonaparte en 1803, et l’accession à l‘indépendance d’Haïti le 1er janvier 1804.

FIN DES EMPIRES COLONIAUX

Deux guerres mondiales celle de 1914-1918 et celle de 1939-1945 impliquant dans un premier temps les puissances européennes et s’étendant ensuite à plusieurs continents faisant respectivement chez les militaires et les civils environ 18,6 millions et 60 millions de morts allaient bouleverser l’organisation géopolitique du monde qui prévalait à l’époque et faire éclater les empires coloniaux qui s’étaient constitués depuis le traité de Tordesillas, Espagne en 1494 sous l’égide du pape Alexandre VI. Traité qui visait à partager le Nouveau Monde, entre les deux puissances coloniales émergentes de l’époque, la Castille (Espagne) et le Portugal. Une ligne de partage le méridien localisé à 370 lieues1 (1 770 km) à l’ouest des îles du Cap-Vert, (aujourd’hui à 46° 37′ ouest), ayant tété déterminé cela eu comme  conséquences que le Brésil, découvert peu de temps après soit placé sous la souveraineté portugaise et le reste des Amériques sous celle de la Castille.

C’est seulement sous le règne de François Ier 1515-1547 que nait l’intérêt français pour les Amériques ce qui l’amène à s’opposer et à contester ce traité de Tordesillas. Répondant aux protestations espagnoles il eut cette fameuse phrase: Je voudrais bien voir la clause du testament d’Adam qui m’exclut du partage du monde. »

Finalement en 1533 viendra la déclaration du pape clément VII précisant que les puissances non espagnoles et non portugaises pouvaient désormais prendre possession des territoires non découverts ou occupés à cette date. Limitant du même coup la portée des traités de Tordesillas et Saragosse. Ce qui permit à Jacques Cartier de prendre possession du Canada en 1534 au nom du roi de France, François Ier.

DÉCOUPAGE GEO-POLITQUE DU MONDE POST-COLONIAL

La décennie située entre 1950 et 1960  va être la période culminante de ce que l’on peut globalement appeler la « décolonisation » occasionnant l’émergence de nombreux nouveaux États devenant indépendants et  pour d’autres retrouvant leur souveraineté.

En ce qui concerne l’espace francophone ce sera le cas chronologiquement pour : Le Liban -1943 (départ effectif des français en 1946), la Syrie -1946, le Laos – 1953, le Cambodge- 1953, le -Nord Vietnam – 1954 (le pays sera officiellement réunifié en 1976), le Maroc -1956, la Tunisie – 1956, les villes comptoirs de Pondichéry, Mahé, Yanaon, Kârikâl – 1956. sont « rendues » à l’Inde, Chandernagor avait été rendue en -1953, la Guinée – 1958, le Dahomey -1960  (devenu le Bénin),  la Côte d’Ivoire- 1960, le Soudan français – 1960 (sous le nom de Mali), la Haute Volta- 1960 (devenue le Burkina Faso en 1984), la Mauritanie-1960, le Niger-1960, – le Sénégal-1960, l’Oubangui-Chari – 1960 (sous le nom de République centrafricaine), le Moyen-Congo 1960 (sous le nom de République du Congo), le Gabon -1960, le Tchad -1960, le Togo -1960, le Cameroun -1960, Madagascar -1960, l’Algérie -1962, les Comores – 1975, Djibouti-1977, le Condominium franco-britannique des Nouvelles-Hébrides -1980 (sous le nom de Vanuatu). A cette liste il faut ajouter trois anciennes colonies belges devenues indépendantes : la République Démocratique du  Congo – 1960, le Burundi – 1962 et le Rwanda – 1962

VŒUX-GREETINGS 2019-2020 –ORDRE LAFAYETTE ORDER


From/de : Gérard CHARPENTIER PhD., Grand Cross, Commander, President /Grand-Croix, Commandeur, Président.
AND MEMBERS OF BOARDS OF DIRECTORS / ET LES MEMBRES DES CONSEILS D’ADMINISTRATION
« ORDRE LAFAYETTE USA » et /and ORDRE LAFAYETTE CANADA
Cliquez sur /Click on:
www.ordrelafayette-usa.org (Ordre Lafayette Order America corps.)
Ou / or
www.ordrelafayette-canada.org (Association Ordre Lafayette Canada)
Et / And
www.marquisdelafayette-memoryspaces.org
 

29 mars 2019, présentation du projet de Magazine « Francomania » au Collège Notre-Dame de Montréal

Ce projet de magazine dont le nom s’inspire de celui du présent site, n’en n’est pas une prolongation, mais veut être dans le cadre de la francophonie un trait d’union entre le Maroc et la communauté marocaine du Québec. Bien que présenté lors d’un événement réunissant des membres de l’Ordre Lafayette Canada et des membres de l’Ordre Lafayette Maroc en visite à Montréal ce magazine n’es pas parrainé par les associations Ordre Lafayette et les chroniqueurs s’expriment en leur nom propre.
*Pour les tous premiers numéros 1 et 2 à venir, Gérard Charpentier PhD auteur de plusieurs ouvrages et de nombreuses chroniques sur la francophonie a accepté de signer l’éditorial et les thèmes principaux des magazines 1 sur Lafayette et magazine 2 sur la francophonie moderne.
*Ismail Harakat, journaliste de formation étant chargé de diriger la publication et de sélectionner les chroniqueurs en accord avec Gérard Charpentier.

Le contenu de ce magazine se veut généraliste et ouvert à toutes les composantes de la francophonie. Ce nouveau venu francophone sera enregistré à Montréal, Qc et imprimé à Casablanca, Maroc, deux bastions de la francophonie internationale. En dehors de Gérard Charpentier et d’Ismaïl Harakat sera créé un « Comité de rédaction » dont MM.  Mhammed Hakin, Afif Bennani, Abdelmoula Abdelmoumni,, Badreddine Filali Baba et Daniel Couturier feront partie pour la période de « démarrage » tout en restant ouvert au nouveaux venus. Le volet technique étant assumé par Zakariya Bourhim.